Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Création du logo pour leZ Strasbourgeoises : Joana

bannière violette et jaune

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 13:49



RASSEMBLEMENT A STRASBOURG EN SOLIDARITÉ AVEC JONJIE, POLICARPIO ET RONNIE, TRANS' ET HOMOS PHILIPPIN-E-S

ET AVEC UN HOMO ALGERIEN EN GREVE DE LA FAIM

MENACÉ-E-S D'EXPULSION !

 

 

 

NON A L'EXPULSION DES TRANS' ET DES HOMOS REFUGIES EN FRANCE !

 

 

 

Communiqué de TaPaGeS du samedi 23 mai 2009

 

 

Ce samedi 23 mai, à 14 h, une quarantaine de personnes se sont rassemblées place Kléber à Strasbourg à l'appel d'associations LGBTI, d'organisations syndicales et politiques*, afin d'exiger la libération et la régularisation de jonjie, Ronnie et Policarpio, trois PhilippinEs homos et trans' retenuEs à l'heure actuelle au centre de rétention de Strasbourg.


Au même moment, une personne algérienne, homosexuelle, est en centre de rétention à Paris, et en grève de la faim, prête elle aussi à être expulsée.


Les poses médiatiques contre l'homophobie de Rama Yade ne valent rien confrontées aux faits : ce gouvernement s'apprête à expulser des personnes LGBTI qui réclament l'asile.


Nous exigeons que toute personne LGBTI menacée en raison de son orientation sexuelle, de son identité de genre ou de son statut sérologique soit immédiatement régularisée. Le gouvernement est comptable de toute vie humaine qu'il expose aux dangers. Nous sommes déterminéEs à protéger toute personne LGBTI qu'un monde dominé par le patriarcat et la police des genres conduit à l'exil.


Ce combat est, par ailleurs, plus large. Sans cesse, la politique criminelle du gouvernement Fillon, politique du chiffre et pour cela des rafles, conduit à des drames. C'est elle qu'il faut stopper par la mobilisation cas après cas, urgence après urgence, mais aussi par un mouvement d'ensemble qui gagnerait la régularisation de touTEs les sans-papiers, la libre circulation de touTEs.


TaPaGeS, TransPédéGouines de Strasbourg, le 23 mai 2009

Communiqué et photos


 

* Ont appelé à manifester et étaient représentés : TaPaGeS, Support Transgenre Strasbourg, Over the Rainbow, David et Jonathan 67, FestiGays, Scumlambda, LeZ Strasbourgeoises, AIDES 67, La Lune, Égalite dans la diversité (Section LGBT du Conseil de l'Europe), FSU 67, Nouveau Parti Anticapitaliste 67, Alternative Libertaire Alsace, Les Verts Alsace, Parti Communiste Français 67, association Untergang, ALDA (Association de Lutte contre les Discriminations en Alsace et pour l'Égalité des Droits)

 

Il faut continuer la mobilisation ! Toujours Plus !!!

Envoyez des courriers à la prefecture !

Signez l'appel à mobilisation de l'ARDHIS !

Visibilisez autant que possible cette affaire !

Faites des actions publiques pour protester contre ces expuslions !!!

 

Communiqué d'appel à mobilisation de l'ARDHIS (avec infos campagne courriers)

Communiqué d'appel à rassemblement de TaPaGeS

 

 

ARTICLES DE PRESSE :

 

Dernières Nouvelles d'Alsace


Article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 24/05/2009

 

Faits divers - Strasbourg / Sans-papiers

« ILS RISQUENT D'ÊTRE PERSÉCUTÉS »


« Des papiers pour touTes ! » Une trentaine de personnes ont apporté leur soutien aux trois Philippins, homosexuels et trans', menacés d'expulsion, hier, place Kléber.


Une trentaine de personnes se sont rassemblées hier vers 14h, place Kléber à Strasbourg, pour protester contre « l'expulsion imminente » de trois Philippins - deux homosexuels et une transsexuelle.


Le 5 mai, un car de voyageurs avait quitté Paris pour un séjour en Hollande. Les touristes avaient été contrôlés à la frontière germano-hollandaise et renvoyés en France. Huit des seize personnes interpellées avaient fait l'objet d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (DNA du 11 et 12 mai). C'est dans ce contexte que « Jonjie, Ronnie et Policarpio ont été placés au centre de rétention de Geispolsheim », annonce l'une des porte-parole de la manifestation.


« Il y a urgence », clament les associations LGBT d'Alsace (lesbienne, gay, bi, trans). « Le couple d'homosexuels vit en France depuis huit ans, sans jamais avoir posé le moindre problème. Ils bénéficiaient d'une situation confortable dans leur pays d'origine, ayant chacun un commerce. Ils ont accepté de descendre de l'échelle sociale, de faire des ménages en France, pour être enfin libres », rapportent les représentants de TaPaGes (TransPedeGouines) et Support Transgenre Strasbourg. S'inquiétant : « La personne trans est privée depuis 15 jours de son traitement hormonal, ce qui est extrêmement dangereux.»


Ils déplorent : « On veut les renvoyer vers les Philippines, un pays homophobe, où ils risquent d'être persécutés. Nous réclamons leur régularisation. » TaPaGes en profite pour « dénoncer la politique de chiffres et de rafle du gouvernement Sarkozy » et souhaite réinscrire cette manifestation dans un contexte plus global.


Tout en espérant que leur appel sera entendu par la préfecture, les manifestants se relayent depuis 15 jours auprès des trois Philippins.


Cél. L.

 

 

L'Alsace

 

Article de l'Alsace du 24/05/2009 :

 

EXPULSIONS : MANIF À STRASBOURG POUR TROIS PHILIPPINS MENACÉS

 

Une trentaine de militants d'associations gay et lesbiennes ont manifesté hier, à Strasbourg, pour protester contre le placement au centre de rétention de Geispolsheim de trois Philippins interpellés à la frontière franco-néerlandaise. Deux d'entre eux sont homosexuels et vivent ensemble en France depuis huit ans. Le troisième est transgenre et a dû fuir les Philippines en 2005, à cause des persécutions qu'il subissait. « Dans le couple homosexuel, chacun avait sa propre entreprise aux Philippines. Mais ils ont préféré tout lâcher et venir ici pour pouvoir vivre ensemble », précise Cornélia Schneider, de l'association Support transgenre Strasbourg. La difficulté pour ces personnes d'obtenir des papiers réside dans le fait que, dans leur pays d'origine, elles doivent tout faire pour cacher leur homosexualité ou leur transsexualité. Mais, une fois en France, on leur demande des preuves de leur différence. « Et l'homosexualité ou l'orientation sexuelle est rarement prise en compte par les autorités », relève Cornélia. Pour Jonjie, transgenre, la situation est encore plus délicate. En raison de son état civil, elle a été placée au centre de rétention avec les hommes, ce qu'elle vit très mal. Selon Judith, de l'association LeZ Strasbourgeoises, qui lui a rendu visite hier matin, elle est en butte aux insultes et aux moqueries. « Hier, une équipe médicale a dû intervenir pour lui permettre de reprendre son traitement hormonal. » L'interruption de ce dernier, suite à la mesure de rétention, avait entraîné de sérieux troubles de santé pour Jonjie.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by radiocancan - dans Actu
commenter cet article

commentaires