Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Création du logo pour leZ Strasbourgeoises : Joana

bannière violette et jaune

9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 18:57

Logo comment ça va les filles

 

Comment ça va les filles ?

« La Violence conjugale chez les lesbiennes : Briser le Tabou »

SuR Yagg

 

Campagne de Yagg « Comment ça va les filles ? » du 28/01/2011

 

La Violence conjugale chez les lesbiennes : Briser le Tabou

 

Malgré quelques initiatives ici et là, la violence dans le couple lesbien reste un sujet tabou […]. Pourtant, la violence faite aux femmes dans le couple hétérosexuel, on en parle de plus en plus. Des campagnes sont régulièrement organisées par les pouvoirs publics ou des associations, c’était même la Grande Cause Nationale 2010 en France (voir le spot télé).

 

DIFFICULTÉ DE POUVOIR DIRE LA VIOLENCE

 

Mais dans le milieu LGBT, la question reste rarement abordée. Comme le soulignent Clotilde Genon, Cécile Chartrain et Coraline Delebarre (dans Pour une promotion de la santé lesbienne : état des lieux des recherches, enjeux et propositions ), « l’une des difficultés majeures réside dans la possibilité de pouvoir «dire» la violence vécue et demander de l’aide, alors que la pensée commune (à laquelle n’échappent pas les populations LGBT) présume la non-violence des relations entre femmes (et plus généralement entre personnes du même sexe). »

 

Selon la National Coalition of Anti-Violence Programms (2008), une association américaine contre la violence domestique chez les LGBT, le taux de prévalence de la violence conjugale chez les lesbiennes serait similaire à celui des hétérosexuels.

 

UNE VIDÉO QUÉBECOISE

 

Au Québec, le Centre de solidarité lesbienne a mis en ligne sur son site une  vidéo qui présente en raccourci l’enchaînement de la violence et les difficultés pour en parler. Face caméra, la victime (interprétée par Monia Chokri, qu’on a pu voir dans Les Amours imaginaires de Xavier Dolan) pose les questions qu’elle n’a pas réussi à énoncer devant le groupe de parole du centre qui l’a hébergée: « Comment vous dire que c’est une femme qui me bat, tout ce qu’on entend, c’est que c’est les hommes les agresseurs? »

« Comment expliquer que le coup de poing que Brigitte m’a donné fasse aussi mal que celui que les autres femmes reçoivent de leur cheum? » « Comment vous expliquer que je me sens aussi sale que les autres femmes quand Brigitte m’agresse sexuellement? » Comment vous expliquer que je préfère rester dans une relation de violence plutôt que de dévoiler mon orientation sexuelle? »

 

En 2002, l’universitaire américaine Janice Ristock écrivait: « De manière générale, on a peur que la discussion publique de la violence dans les relations lesbiennes renforce les stéréotypes négatifs qui existent à propos des lesbiennes et nuise par le fait même aux mouvements des femmes victimes de violence conjugale en entretenant une attitude négative contre le féminisme ».

 

L’ASSOCIATION AIR LIBRE

 

En France, une association milite contre la violence conjugale ou domestiques chez les lesbiennes ainsi que contre les violences et la lesbophobie à l’égard des lesbiennes. C’est Air Libre, basée dans le Tarn, et créée en 2005.

 

Sur son site internet, elle publie notamment une série de dossiers sur la définition de la violence au sein du couple lesbien, les formes qu’elle revêt et les conséquences de cette violence.

 

QUE FAIRE CONTRE LA VIOLENCE DANS LE COUPLE ?

 

    * briser le silence,

    * préparer un départ (en mettant en lieu sûr les papiers importants et des élements de preuve de violence),

    * connaître les numéros de téléphone de la police, 3919),

    * identifier la personne qui peut intervenir,

    * partir

    * rassembler des témoignages.

 

Sur le site de la Fédération Nationale Solidarité Femmes, un autotest est proposé pour savoir si l’on est victime de violence… Même s’il concerne les relations hétérosexuelles,

il permet cependant de voir les différents éléments de la violence conjugale: physique, morale, psychologique et/ou économique.

 

Du côté des dispositifs existants, une meilleure prise en compte des problématiques lesbiennes est nécessaire. Il convient aussi que ces dispositifs de soutien puissent prévoir un accueil et un suivi pour les auteures de violences.

 

Ressources et liens

 

Le chat sur Yagg: L’intégralité des échanges avec Vanessa Watremez

 

La brochure L  sur la violence conjugale

 

Le site du Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles

 

Une interview de Françoise Leclere par Vanessa Watremez sur la violence au sein du couple lesbien.

 

Pour rester informée sur la campagne Comment ça va les filles?, rejoignez le groupe sur la communauté.

(Créer un compte ou se connecter, puis re- cliquer sur le lien pour trouver le groupe)

 

Christophe Martet

Partager cet article

Repost 0
Published by leZ Strasbourgeoises - dans Actu
commenter cet article

commentaires