Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Création du logo pour leZ Strasbourgeoises : Joana

bannière violette et jaune

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 11:26


LES MARIEES DE L'AN 1

Cette histoire, inspirée d'un fait réel, est publiée sur le blog "La salle des machines", blog des éditions "Dans l'engrenage"

Aujourd’hui, voici l’histoire de deux Espagnoles du début du XXe siècle, Elisa et Marcela. Dans un pays qui a légalisé le mariage homosexuel en 2005, elles sont en réalité, bien qu’un peu oubliées, les deux premières femmes légalement mariées — 104 ans plus tôt, en 1901.

La mécanicienne a tendu l’oreille pour écouter la voix d’Elisa, surgie du passé, et lui a prêté sa plume.



"Laissons dans le silence ce qui a précédé. Quelle importance, puisque notre vie a commencé là, avec cette lumineuse rencontre, au début des années 1880, sur les bancs de l’École Normale de La Corogne, en Galice. Nous voulions être institutrices. Vaste mission à une époque où l’immense majorité de la population était analphabète ! Je m’appelais Elisa Sánchez Loriga. Elle, elle s’appelait Marcela Gracia Ibeas. J’avais trois ans de plus qu’elle, mais entre nous, l’amitié a été instantanée et fulgurante. Nous sommes rapidement devenues inséparables, passionnées, puis amantes dans le secret du sommeil de nos camarades, absorbées l’une en l’autre… Et imprudentes. Marcela ne cessait de parler de moi quand elle rentrait chez elle. Nous étions heureuses, nos corps exultaient et les mots débordaient, écoutés avec étonnement, repris dans le secret d’une réunion de famille, incompris, souillés, piétinés. On connaît les emportements affectifs des jeunes femmes, se disait-on, rien qu’un bon mariage ne puisse endiguer, calmer, tarir et mettre au pas… Mais là, il y avait trop de fougue dans la voix de Marcela, un éclat trop vif dans son regard. D’abord heureux de l’amitié de leur fille avec une camarade de bonne famille, orpheline d’un père professeur d’anglais, son enthousiasme a fini par éveiller les soupçons de ses parents. Aberrant. Inconvenant. Gênant. Dangereux. Les jugements allaient bon train. Notre relation dépassait à l’évidence les limites de ce qui était socialement acceptable et la peur du scandale nous a finalement séparées. Marcela a été exilée par son père quatre mois à Madrid, tandis que je demeurais à La Corogne. 600 kilomètres, cela paraissait la solution, la distance et le temps auraient naturellement raison de nos égarements contre nature et l’honneur serait sauf… Tout rentrerait vite dans l’ordre. Portées par la certitude de la force de nos sentiments, nous avons compris qu’il fallait attendre et beaucoup espérer. Oui, nous avons attendu et beaucoup espéré, bercées par nos souvenirs et d’inébranlables promesses. Nous avons enfin décroché notre diplôme, moi d’abord, Marcela quelque temps plus tard… et le hasard bienheureux des nominations a fait le reste. Comment ne pas y voir le signe du destin quand, à vingt ans, on est amoureuse ? J’ai été envoyée à Couso et Marcela à Calo, deux villages proches.

Si proches que nous nous sommes revues. Comment pouvait-il en être autrement ? Je la voulais. Je me suis juré, et je lui ai juré, que rien ne pourrait nous séparer. L’amour n’avait pas cédé d’un pouce et nous avons décidé de ne plus jamais vivre l’une sans l’autre, quel qu’en soit le prix. J’étais la plus âgée, c’était à moi de prendre notre destin en main : je suis venue m’installer à Calo, et nous avons habité ensemble, comme un couple, comme tous les autres couples, pendant sept ans. En 1898, Marcela a été nommée dans un autre village, Dumbría, à douze kilomètres. Douze kilomètres que je n’ai pas hésité à parcourir, chaque soir, pour aller la rejoindre, pour partager son lit, sa vie, quelques heures. Je me suis souvent demandé pourquoi cela n’a pas suscité davantage de réactions de la part de nos voisins. Car nous avions la paix. Plus encore, j’entretenais les meilleurs rapports avec les familles les plus en vue. J’étais quelqu’un, j’étais l’institutrice, et l’on me respectait. Dans l’Espagne de l'aube du XXe siècle, sans doute n’imaginait-on même pas que deux femmes puissent s’aimer, se désirer, se prendre par la taille et échanger un baiser volé, laisser vagabonder leur esprit l’une vers l’autre pendant que leur classe était studieusement attelée à un exercice, faire l’amour le soir venu et aspirer à ce que cela continue jusqu’à ce que la mort les sépare. Oui, nous avions à première vue la paix… Mais je voulais plus, beaucoup plus. Je voulais danser avec Marcela à la fête du village, je ne voulais plus ronger mon frein quand un jeune homme la courtisait, je ne voulais plus entendre que nous finirions vieilles filles, je voulais partager la joie de notre bonheur, je voulais offrir des oeufs à sainte Claire pour lui demander sa protection. Je ne sais pas comment cela a commencé. Est-ce parce que j’en avais toujours eu envie ? Ou parce que cela me permettrait d’être au grand jour ce que nous étions derrière nos murs ? Pour que Marcela échappe aux coups que lui donnait son père ? Comment aurions-nous pu officialiser notre amour, notre relation, notre union autrement ? Toujours est-il que j’ai estimé qu’il était temps. Temps aussi de commencer une nouvelle vie, libre, ailleurs, loin des difficultés, du passé, des sous-entendus. Mais comment faire ? Je n’ai pas eu besoin d’y réfléchir bien longtemps : nous devions être mari et femme ! Ma belle Marcela a aussitôt battu des mains, car oui, j’étais son petit mari depuis si longtemps, elle aussi voulait comme sa soeur sortir de l’église sous les acclamations, jeter son bouquet aux jeunes filles, s’établir enfin. À la faveur du carnaval, j’ai coupé mes cheveux et troqué mes robes pour des pantalons. J’étais devenue Mario Sánchez. C’est Mario Sánchez qui s’est rendu chez la mère de Marcela, devenue veuve, pour lui demander poliment la main de sa fille, sans lui dissimuler sa véritable identité. Les cris de colère de Doña Gracia ont été entendus dans tout l’immeuble. Son dégoût a été tel que le lendemain, elle a quitté La Corogne pour sauvegarder sa précieuse réputation. C’est également Mario Sánchez qui s’est présenté à l’École Normale un beau jour de printemps 1901 pour solliciter la délivrance d’un certificat.

À l’évidence, cette fois, je m’y suis assez bien prise puisque je suis repartie avec le document dans la poche ! Je ne me suis pas arrêtée là, j’ai aussi acheté deux billets pour l'Amérique, deux allers simples pour Buenos Aires ! Mais ce n’était qu’une première étape du projet que j’avais en tête pour parvenir à mes fins. Pour étayer mon personnage et consolider mon rôle, je me suis inspirée de l’histoire d’un cousin éloigné mort dans un naufrage : j’étais né et avais passé mon enfance à Londres et, à cause d’un père athée, je n’avais malheureusement pas eu la chance d’être baptisé. Le premier à y croire et à s’empresser de vouloir ramener une brebis égarée au sein du troupeau de Dieu a été le curé de la paroisse de San Jorge de La Corogne. Venant d’un jeune homme aux excellentes manières, en costume sombre, cravate et montre de gousset, le cheveu bien court avec une parfaite raie à gauche, il a tout accepté et consenti à ce que je suive le catéchisme : le 26 mars 1901, fort de l’autorisation de l’évêque et du don généreux dont j'ai gratifié la paroisse, il m’a baptisée. En lisant le registre, un détail l’avait pourtant fait hésiter : une certaine Elisa portait exactement mon nom. Après que je l’ai rassuré en lui expliquant très simplement qu’il s’agissait de ma soeur, tout s’est bien passé. Grâce à mon assiduité à l’église, il n’a pas tardé à me donner la première communion – ou plutôt, devrais-je dire, Mario a été baptisé et a reçu la communion. La confiance du prélat gagnée par ces preuves de mon sérieux et de mon engagement au sein de la paroisse, je n’avais plus qu’à engager l’ultime manoeuvre pour réaliser mon véritable désir : épouser Marcela. Elle allait devenir ma femme aux yeux du monde et nos vies seraient liées… peu importait sous quel nom, sous quel déguisement. J’ai fait part au curé de mon souhait d’épouser Mademoiselle Marcela Gracia Ibeas, institutrice de 29 ans, fille d’un capitaine de l’armée. Pour accélérer les choses, je n’ai pas hésité à salir nos vertus, avouant honteusement que ma bien-aimée était enceinte.

L’honorable désir de réparer mes fautes a convaincu le prêtre de m’y aider. Et c’est ainsi que le samedi 8 juin 1901, à sept heures du matin, (j’étais tout de même soucieuse d’éviter qu’y assistent trop de gens, afin de protéger ma véritable identité), nous avons marché vers l’autel pour unir nos destins, dans l’église San Jorge. Notre photo de mariage en témoigne. Elle a orné la vitrine du photographe durant quelques jours, Marcela était resplendissante et moi j’avais l’air confiant de celui qui tient à son bras la promesse de son avenir. Nous étions allées chez le photographe juste après nous être régalées de chocolat noir et bien épais accompagné de churros croustillants chez l’une de nos témoins. Nous avons passé notre nuit de noces dans la pension Corcubión, calle San Andrés, une rue du centre de La Corogne où la propriétaire nous a donné sa chambre nuptiale avec un sourire complice. Le haut lit de noyer était tendu de draps fins, l’eau était chaude dans le broc, une collation attendait sous un linge, quelques branches délicates d’Ophrys abeille répondaient à un bouquet solaire de marguerites jaunes. Notre amour était fêté, notre amour était attendu. Je n’oublierai jamais cette nuit. Pour la première fois depuis bien des années, nous nous appartenions, notre bonheur était reconnu. Cela n’a malheureusement pas duré, comme je m’y étais attendue.

Nous avons fini par être confondues et le scandale a été retentissant : la nouvelle s’est propagée dans toute la Galice, à Madrid, à travers l’Espagne, en Europe. Imaginez un peu… «Un mariage sans hommes» titraient les journaux, avec force détails et témoignages. Les jugements étaient unanimes pour nous condamner, pour exposer notre cas comme l’illustration des périls qui menaçaient la société. Une heureuse surprise dans ce concert d’aboiements : Sellier, le photographe de notre mariage, a refusé de montrer et de donner la photo de nous deux à qui que ce soit : «À moins qu’on me la vole, personne ne l’aura.» Dès lors, notre vie a été un véritable enfer. Outre les injures, les moqueries et les quolibets, j’ai perdu mon travail, Marcela aussi. Et nous avons été excommuniées. Comment l’Église a-t-elle justifié sa décision ? En me faisant passer un examen médical pour vérifier si j’étais un homme.

Notre situation devenait intenable et dangereuse. La Garde Civile s’apprêtait à venir nous arrêter quand nous avons pris la fuite : d’abord à Vigo puis à Porto, au Portugal. Nous étions recherchées. À Porto, nous avons été attrapées, emprisonnées, jugées et libérées. Mais l’Espagne réclamait notre extradition… Il fallait gagner l’Argentine. Notre histoire a tant excité les imaginations que les versions sont multiples. À Dumbría, les rumeurs ont longtemps continué à circuler ; l’essentiel était que l’histoire se termine bien pour la morale et que nous servions d’exemple : on a dit qu’après ma mort (je m’étais fait passer pour un homme, il était normal que je sois punie et que je meure en premier !), Marcela se serait mariée avec un homme, un vrai celui-là. Un livre sur nous, Elisa e Marcela - Alén dos homes (Editorial Nigratrea, Colección «Libros da Brétema»), paru en 2008, rapporte qu’avant notre départ, Marcela a eu une fille, que nous formions une famille, qu’une fois en Amérique, notre situation n’a pas non plus été de tout repos, qu’il nous a fallu encore échafauder bien des stratégies. Là-bas, je me serais appelée María Sánchez Loriga. Je me serais mariée, en 1903, avec Christian Jensen, de vingt-quatre ans mon aîné, dans le but de trouver un foyer pour y accueillir Marcela, devenue Carmen, en la faisant passer pour ma soeur. Mais ayant refusé de consommer l’union avec celui qui était mon mari, j'aurais éveillé ses soupçons, et après avoir fait des recherches, il aurait découvert qui nous étions… et tout aurait recommencé : un procès, une condamnation...En 1904, on perd notre trace… On nous laisse enfin à notre destin, l’une avec l’autre, vivre ensemble comme nous l’entendions, comme nous en avions toujours rêvé. Que reste-t-il de nous ? Pas une rue à notre nom dans cette ville de La Corogne où nous nous sommes rencontrées. Malgré les efforts du Colectivo de Lesbianas, Gays y Transexuales, “Milhomes”, le refus du maire est catégorique. Pourtant, même à l’époque, certains parents d’élèves s’étaient élevés contre le renvoi de l’une des meilleures institutrices que leurs enfants aient eu, arguant que «sa vie privée n’avait rien à voir avec son enseignement». Voilà en tout cas comment nous avons été les deux premières personnes de même sexe mariées en Espagne… parce qu’il me faut encore préciser un point, essentiel pour moi : l’acte de mariage n’a jamais été annulé. Dans les registres diocésains, nous sommes à jamais, officiellement et légalement, mariées."




Partager cet article

Repost 0
Published by radiocancan - dans Actu
commenter cet article

commentaires